Netflix annonce la fin du partage de compte, avant de changer d’avis

Partager son compte sur Netflix, avec des personnes vivant hors de son foyer, ne sera bientôt plus possible. Du moins gratuitement. C’est ce qu’a annoncé l’entreprise avant de rétropédaler. Alors, en quoi consistaient ces nouvelles mesures ?

Netflix - Canapé - Télévision

6 février 2023 à 10h03 par Justin ADELL

Si vous bénéficiez du service de streaming, grâce au compte d’un ami ou d’un membre de votre famille, votre situation devrait se compliquer dans les mois à venir...

 

Sur les 223 millions d’abonnés en 2022, près de 100 millions profiteraient gratuitement de la plateforme grâce au partage de compte. Le manque à gagner est énorme. Initialement interdit, le géant du streaming restait clément sur les partages. Mais la situation actuelle, le pousse à des mesures radicales.

 

Même si Netflix semble, une fois de plus, avoir changé d’avis, le principe était le suivant.

Si vous ne vivez pas sous le même toit que la personne qui paie l’abonnement, vous ne pouvez plus continuer à visionner les contenus.

Ces règles devaient entrer en vigueur dès la fin du premier trimestre de 2023.

 

Une option payante

 

Malgré tout, une option payante était mise sur la table pour permettre à un utilisateur d’utiliser ce même compte. Si l’on regarde auprès des tests déjà effectués dans certains pays du monde, cela pourrait coûter trois euros en moyenne par utilisateur supplémentaire, hors foyer.

De même, si vous voyagez, ou que vous n’êtes pas chez vous pour une durée indéterminée, il vous suffisait de demander un code temporaire, valable 7 jours.

 

La vérification au cœur des débats

 

En réalité, tout se joue avec le Wi-Fi du foyer, et les adresses IP des appareils, le tout lié à l’activité du compte. Ainsi, l’entreprise comptait vérifier si une connexion provenait d’un même foyer ou non. Le cas échéant, les comptes pouvaient être suspendus.

 

À noter que pour continuer d’utiliser son compte, un utilisateur devait se connecter au moins une fois par mois au Wi-Fi du foyer, appartenant à celui qui paie, et regarder au moins un contenu, quel qu’il soit.

De cette manière, la plateforme pouvait exercer un contrôle permanent sur ses utilisateurs, afin d’éviter, ce que l’on pourrait appeler, des « fraudes ».

 

Reste à préciser, que ces mesures pourront malgré tout voir le jour, dans un futur plus lointain.

.thumbnail { border-radius: 15px; } .media img { border-radius: 15px; } .a { border-radius: 15px; }